Siècle XX

 

Siècle XX

Siglo XX

Au XXe siècle, le Guipuzcoa maintient fidèlement la coûtume ancestrale de l'élaboration du cidre grâce, en grande partie, au soutien de la Diputation de ce territoire. Les efforts se tournent vers la protection des pommiers par le biais de la création de centres et d'écoles ou de la publication de divers travaux traitant de la culture de la pomme étant donné l'état d'abandon des plantations de pommiers observé au sein de la province. De 1930 à la guerre civile espagnole, la Diputation subventionne la plantation de pommiers.

La guerre civile marque une parenthèse dans la culture des pommiers et l'élaboration du cidre, ce qui fit perdre les années de grande récolte. La guerre engendre la faim et, comme disent les vieux cidriers, lorsqu'on a faim, on n'a pas envie de boire. Quelques années après, une nouvelle décadence entraîne l'abandon de la culture de la pomme et de l'élaboration du cidre car ces travaux ne rapportaient pas d'argent. Entre les années 50 et 60, de nombreux pressoirs familiaux cessèrent définitivement de faire du cidre, de même que les établissements de vente du cidre qui changèrent de commerce. L'industrialisation entraîna quant à elle l'abandon des fermes et poussa les travailleurs dans les usines et les ateliers. Bien évidemment, les travaux secondaires comme prendre soin des pommiers et élaborer le cidre disparurent presque complètement à cette époque-là. Seul le Guipuzcoa a conservé, en dépit des difficultés, l'art d'élaborer et de consommer cette boisson.

Au cours des années suivantes, la Diputation du Gipuzkoa a de nouveau effectué un travail remarquable pour encourager la plantation de pommiers, les recherches, le classement, etc., ce qui, joint à l'effort des producteurs de cidre, a permis d'augmenter progressivement la production de cidre et la consommation.